Espace Pro/Presse Webcams 16°
-/+
Mon carnet de voyage

OFFICE DE TOURISME MÉTROPOLITAIN NICE CÔTE D'AZUR

X Réserver votre séjour Réservez
 
 
 
 
 
08 octobre 2020
Parti d'Italie à la fin du XVIe, le courant baroque a trouvé dans la région niçoise une terre d'adoption. En témoigne un patrimoine architectural, laïc et religieux d'une rare richesse.

Le baroque au sens propre s'est achevé à la fin du XVIIIe siècle, mais à Nice, son esprit demeure bien vivant. Je vous emmène avec moi visiter trois des nombreux chefs-d'oeuvre dont Nice peut s'enorgueillir. Un palais, une cathédrale et une place... Trois exemples radicalement différents mais néanmoins remarquables et représentatifs de cette période.

1 - Le Palais Lascaris, le petit Versailles niçois !

Illustration exceptionnelle du baroque civil niçois, le Palais Lascaris est aujourd'hui un musée labellisé Musée de France, consacré à l'art et aux instruments de musique anciens.

Au cœur de la vieille ville, le Palais Lascaris est un joyau d'architecture de style baroque génois. Édifié à partir de 1648, il fut la résidence de la famille Lascaris-Vintimille jusqu'en 1802. Le palais a été racheté en 1942 par la Ville de Nice qui le restaura et y aménagea un musée municipal des arts et traditions populaires régionaux.

La façade du palais ne nous prépare en rien à ce que nous allons découvrir à l'intérieur. Du fait du manque de recul, nous pourrions passer devant cette ancienne demeure aristocrate sans la remarquer. Certes, l'encadrement des fenêtres avec fronton et drapés et ses balcons ouvragés de marbre de carrare démontrent un certain raffinement et une volonté de théâtralisation. Vous êtes prêt à découvrir avec moi ce qui se cache derrière cette porte monumentale ?

A l'intérieur, nous découvrons un vestibule et escalier d'apparat aux murs et  plafonds richement décorés avec des trompe-l'oeil, des statues, des balustres et des arcades. C'est à ce moment précis que je me pose la question : Entre le contenu et le contenant, quel va être le plus spectaculaire ? Le bâtiment en lui-même ou les collections exposées ? Je ne saurais pas encore trancher et je me dis que le propre du baroque est l'exubérance et la profusion de décors...

Je traverse les salons du 1er étage, ornés de dorures, de splendides peintures et de riches tapisseries. Je ne sais où poser mes yeux : au plafond, sur les murs, les meubles, les harpes, clavecins et autres instruments de musique (une des plus importante collections d'Europe) ? Je progresse ensuite au second niveau, dit étage noble, qui abrite les appartements d'apparat. Les fresques au plafond sur le thème de la mythologie, comme la Chute de Phaéton foudroyé par Jupiter, les dorures, les stucs et le mobilier raffiné confèrent à cet édifice son statut de palais. Architecture, arts décoratifs, sculptures, peintures et musique... Ici, l'art foisonne et remplit notre âme. Somptueux !

 

 

2 - La Cathédrale Sainte-Réparate, un des lieux les plus visités

Dans le dédale du Vieux-Nice, une dizaine d'édifices religieux témoignent de l'influence des diverses périodes du courant baroque : Eglise du Jésu, Chapelle de la Miséricorde, Eglise Saint-François de Paule, Chapelle Sainte-Croix... et bien sûr la Cathédrale Sainte-Réparate dont la façade joue avec la lumière pour mieux guider notre regard vers le ciel, vers le sacré.

Entièrement restaurée en 2011, la Cathédrale Sainte-Réparate est un bijou baroque très affirmé. Aussi belle à l'intérieur qu'a l'expérieur ! Classée Monument Historique en 1906, la Cathédrale Sainte-Réparate est le siège du diocèse de Nice. Elle est coincée dans les ruelles étroites de la vieille-ville mais bénéficie d'un dégagement sur la place Rossetti, espace très fréquenté par les touristes et les Niçois (lors de votre passage, ne manquez pas de déguster une spécialité de chez Fenocchio, le célèbre glacier du coin).

La cathédrale dispose d'une façade de style baroque italien qui a été plaquée sur la façade originelle aux alentours de 1830, agrémentée des quatre saints fondateurs de l'Eglise de Nice. A l'arrière et visible de loin, sa surprenante coupole est couverte de 14 000 tuiles vernissées de couleurs jaune, vert, ocre, emblématiques de cette époque et de notre région.

Ce serait vraiment dommage de ne pas y pénétrer, d'autant que l'intérieur est également décoré dans un style baroque d'influence génoise remarquable. J'ai dénombré une dizaine de chapelles latérales, toutes différentes et ornées de peintures anciennes, en harmonie avec l'ensemble de l'édifice. Jusqu'à la fin du XVIIe siècle, ces chapelles appartenaient à des particuliers ou à des corporations qui se chargeaient de les entretenir. Je remarque particulièrement la Chapelle du Saint-Sacrement qui semble porter l'esprit du baroque à son apogée. Mes yeux se perdent dans les infinis détails. Trois orgues me laissent en outre à penser que l'acoustique du bâtiment doit être absolument parfaite. Pas étonnant qu'un festival de musique sacrée s'y déroule chaque année en juin !

 

 

3 - La Place Garibaldi, une des plus belles places de Nice

En bordure nord-est du Vieux-Nice, la place Garibaldi est la plus ancienne grande place de la ville et l’un des lieux les plus emblématiques.

De forme rectangulaire (123 mètres par 92), la place Garibaldi est la seule d'Europe décorée en trompe-l'oeil sur ses 4 côtés. Requalifiée en 2012 pour accueillir le tramway, l'ancienne place royale a retrouvé ses décors historiques baroques grâce au travail des architectes de la Ville qui se sont basés sur des archives et des photographies du XIXe siècle. Les 6.500 m2 de façades ont été entièrement restaurés par une vingtaine de talentueux fresquistes. Le résultat est absolument remarquable. Toutes les fenêtres sont décorées de corniches et d'encadrements peints de couleur claire avec des ombres portées. Et des fenêtres, il y a en beaucoup ! Vous voulez vous amuser à les compter ?

Chacun des immeubles est érigé sur des arcades qui facilitaient autrefois les échanges et le commerce. Aujourd'hui, de nombreux bars et restaurants s'y sont installés, nous offrant de vastes et confortables terrasses ombragées par de magnifiques arbres à soie (Albizia). Au printemps, le spectacle offert par leur floraison est saisissant de beauté.

Au milieu de la place, un bassin accueille une statue monumentale du Général Guiseppe Garibaldi, héros emblématique niçois ayant contribué à l'unification de l'Italie au cours du XIXe siècle. Très récemment, un joli carroussel au design soigné et ancien a été installé, pour la plus grand joie des petits.

Sur le côté sud, la chapelle Saint-Sépulcre, propriété de la confrérie des Pénitents Bleus, présente un fronton triangulaire et des colonnades antiques qui s'intègrent parfaitement dans l'architecture baroque globable de la place. Aujourd'hui classée, cette chapelle est ouverte au public le mardi après-midi.

Que je traverse simplement cette place ou que je m'y attarde, elle ne me laisse jamais indifférente. Il y a ici une ambiance résolument niçoise, un "je ne sais quoi" qui fait son charme. Elle est en outre, animée, de jour comme de nuit et idéalement située entre le Vieux-Nice, le Port, le quartier branché du "petit marais niçois", le Musée d'Art Moderne et d'Art Contemporain et la Promenade du Paillon. Vos pas vous mèneront certainement vers cette place et c'est tant mieux !

Crédits photos : OTM NCA / J. Kelagopian, H.Lagarde, Lisa Del Sol

 
Cet article vous est proposé par Joëlle de l'Office de Tourisme Métropolitain Nice Côte d'Azur.

Cet article vous a plu ? Vous aimerez peut-être aussi "Nice, art déco" ?

En savoir plus