Espace Pro/Presse Webcams 16°
-/+
Mon carnet de voyage

OFFICE DE TOURISME MÉTROPOLITAIN NICE CÔTE D'AZUR

X Réserver votre séjour Réservez
 
 
 
 
 
16 octobre 2020
Nice propose une extraordinaire palette architecturale qui couvre tous les courants et toutes les âges. De l’entre-deux-guerres, Nice a su préserver un héritage inestimable de 600 édifices construits dans le style Art Déco.

Les années folles... Une époque prolifique qui m'a toujours fascinée tant elle a laissé son empreinte dans tous les domaines artistiques : la couture avec l'élégance de Coco Chanel, la danse avec l'exhubérance de Joséphine Baker, la musique avec la frénésie du jazz et du charleston, la littérature avec Francis Scott Fitzgerald et son héros Gatsby le Magnifique, et bien sûr, l'architecture Art Déco !  Une centaine d'années plus tard, les années folles nous laissent une impression de grande liberté et d'une incroyable modernité !

Dans le patrimoine architectural niçois, l'esthétisme, les formes épurées et géométriques, les ligne droites et les courbes maitrisées, les motifs fleuris en mosaïque, les portails et métal et fer forgé s’offrent aux regards des passants, à tous coins de rue. Promenade des Anglais, Quartier des Musiciens, Boulevard Victor Hugo, Rue de France, Boulevard Gambetta, Place Alexandre Médecin ou encore Avenue Saint-Lambert... Partout, il nous suffit de lever les yeux pour que la magie opère !

1 - L’emblématique Palais de la Méditerranée

Inauguré le 10 janvier 1929 grâce à un financement du milliardaire américain Franck Jay Gould, le Palais de la Méditerranée était un lieu de divertissement, de plaisir et de convivialité, comprenant un casino, un restaurant et un théâtre de 2 000 places où défilèrent de très nombreuses personnalités internationales. Il était considéré, à l’époque, comme le plus somptueux casino du monde.

Jules Romain a écrit " la France de l’entre-deux-guerres a produit deux chefs d’œuvres : le paquebot Normandie et le Palais de la Méditerranée".

Malheureusement, cela n'empêcha pas la destruction de ce temple du jeu en 1990. Exit l'imposant hall d'entrée, l'escalier monumental en marbre blanc, les énormes baies et vitraux, les bois précieux, le mobilier et les lustres de cristal. Par bonheur, sa façade principale classée échappa à la démolition. Celle-ci détient désormais le label « Patrimoine du XXème siècle » et fait aujourd’hui figure de proue du mouvement Art Déco à Nice.

En 2004, le Palais de La Méditerranée renaît sous la forme d’un hôtel de luxe de 187 chambres et suites, géré par l’enseigne Hyatt Regency et d’un casino exploité par la société Partouche. En accord avec l’histoire et la façade préservée du bâtiment, la décoration intérieure est également dans le style Art Déco, rendant le tout homogène, aéré et raffiné. Sous les imposantes colonnades, une très belle piscine intérieure-extérieure chauffée ajoute du prestige à ce lieu mythique.

Mais revenons à cette audacieuse façade blanche rythmée par de grandes arcades. De part et d'autre de l'édifice, face à la mer et surplombant l'une des avenues les plus célèbres du monde, deux splendides frontons situés à belle hauteur, portent des bas-reliefs de déesses et de chevaux, constituant un élégant ensemble à la gloire de Poséïdon.

Le Palais de la Méditerranée est le bâtiment le plus emblématique de la Promenade des Anglais, et au-delà, de Nice (avec l’Hôtel Négresco de style Belle Epoque, bien sûr !). Comme chaque Niçois, je contemple ce fleuron de l'architecture avec une pointe de nostalgie, celle d'une époque d'opulence et d'insouciance révolue, mais aussi avec une très grande fierté. Qu'elle est belle ma ville !

Crédits photos: Wilfried Hamel-Raison, OTMNCA H.Lagarde, insta@gaellesimon, insta@hyattregencypalaismed, insta@perfxctworld, insta@yleniacuellar

2 - La très curieuse église Sainte Jeanne d'Arc

C'est en 1933 et au terme de 10 années de construction que sortit de terre cette étonnante église, à la gloire de Jeanne d'Arc. Son architecture Art Déco originale et futuriste lui a valu un classement au titre des Monuments Historiques. Elle est également labellisée «Patrimoine du XXe siècle».

Voici une église qui ne passe pas inaperçue dans le quartier Fuon-Cauda, au nord de la ville. Surnommée "la meringue", cette église catholique est atypique et unique en son genre. Elle est le fruit de l'imagination de l'architecte parisien Jacques Droz qui réalisa là son oeuvre majeure.

Onze coupoles de béton en forme de pain de sucre (3 grandes et 8 plus petites) sont imbriquées les unes contre les autres, formant un volume plein de courbes et de rondeurs. Le campanile indépendant et haut de 64 mètres est, à l'inverse, très pointu et anguleux, comme un cierge ou une flèche qui voudrait crever le ciel.

Je pénètre à l'intérieur et y découvre une nef constituée de demi-cercles elliptiques formant d'imposantes arches. Je suis surprise d'y trouver un espace aussi vaste. J'ai appris qu'il pouvait contenir jusqu'à 1 500 personnes. La lumière naturelle  perce au travers des nombreux vitraux rectangulaires aux motifs abstraits. Mon regard est inéluctablement attiré vers le haut. La sobriété des lieux m'apaise et me touche profondément.

Je parcours les jolies fresques peintes par l'artiste russe Eugène Klementieff, dont celle qui illustre le chemin de croix. Les couleurs vives contrastent avec les murs blancs. Mais vous l'aurez vite compris, ce qui caractérise le mieux ce lieu, c'est bien plus son architecture que ses éléments décoratifs. Décidément, cette église ne ressemble à aucune autre et c'est bien pour cela qu'il me semblait important de vous la présenter.

Précédez ou poursuivez cette visite par celle du marché de la Libération (sauf le lundi). Dans la bonne ambiance matinale de ce quartier populaire, vous y trouverez des fruits et légumes, des fleurs, de la pêche locale ainsi que des petits producteurs de la région dont certains font du bio. A l'heure du déjeuner, les terrasses des restaurants et des échoppes gourmandes de la Halle de la Gare du Sud m'invitent à profiter de l'instant présent. Vite, une pause s'impose !

Crédits photos : OTM NCA / H.Lagarde

3 - Les immeubles d'habitation remarquables

Le Palladium, le Palais Hispania, le Palais Saluzzo, Le Forum, Le Colisée, La Mascotte, la Rotonde sans oublier le Gloria Mansions... Certains de ces bâtiments sont classés "Monument Historique" et "Patrimoine du XXe siècle et méritent qu'on s'y attarde.

Je vous le disais en préambule, Nice regorge de pépites Art Déco. Vous en trouverez dans tout le centre ville, voire dans les quartiers en périphérie. Il s'agit très souvent d'immeubles résidentiels très imposants, réalisés en béton armé, qui ont fait basculer Nice dans l'ère moderne.

Sur certains édifices, le ciment a été teinté dans la masse avec des éclats de nacre d'ormeaux qui font miroiter la lumière à différentes heures de la journée ! Sur d'autres, des mosaïques colorées et des bas-reliefs participent au raffinement de l'ensemble. D'autres encore jouent avec la perspective, tels ces balcons irréguliers qui évoquent l'ondulation des vagues de la Méditerranée toute proche...

Je me rends compte de la très grande chance que j'ai d'habiter une ville qui, de tout temps, a su attirer et inspirer les plus grands artistes et les créateurs les plus audacieux, tous domaines confondus. Evoluer chaque jour dans les rues de Nice et sans cesse s'émerveiller de tant de génie et d'inventivité...

1
2
3
4
5


1 - Le Palladium, 2 Bd Tzaréwitch, 75 et 77bis Bd Gambetta
2 - Gloria Mansions, 123-134 Rue de France
3 - La Rotonde, 41 Boulevard Gambetta
4 - Bas-relief, Comité des Fêtes (aujourd'hui Office de Tourisme), 5 Promenade des Anglais
5 - Bas relief, Monument aux Morts, Port de Nice

Crédits photos : OTM NCA / H.Lagarde, @legestedor.com

 
Cet article vous est proposé par Joëlle de l'Office de Tourisme Métropolitain Nice Côte d'Azur.

Cet article vous a plu ? Vous aimerez peut-être aussi "Nice, l'esprit du baroque" ?

En savoir plus